Histoire du label

1994

Le Répertoire annuel des centres de formation en France est édité pour la première fois par l'Association pour la diffusion de la pensée française (ADPF) sous l'égide de la direction de la coopération culturelle et du français du ministère des Affaires étrangères. Il constitue une première initiative pour inventorier les centres de français langue étrangère sur le territoire français. Ce répertoire renvoie à des "organismes professionnels de référence" (ADCUEFE, groupement Fle.fr, Souffle, Office national de garantie des séjours et stages linguistiques, UNOSEL), mais ne donne en aucun cas un agrément du ministère des Affaires étrangères.

 

2002

Le marché global des langues est en pleine expansion. Le Royaume-Uni, le Canada et l’Australie y investissent des moyens considérables. La France connaît elle aussi une demande croissante dans le secteur des séjours linguistiques. Pour répondre à cette demande, les offres de cours de langue se multiplient au gré d’initiatives individuelles et collectives : des centres de toute nature – publics, privés, associatifs – se partagent le marché. La diversité des types de prestations proposées a pour corollaire une faible lisibilité de la qualité des services d’accueil et de formation. Les clients comme les prescripteurs, notamment les postes diplomatiques français à l’étranger, ont des difficultés à identifier des lieux de formation présentant les garanties requises. Le besoin d’un catalogue des centres de formation en français langue étrangère s’appuyant sur des critères de qualité clairement définis et validés par l'autorité publique se fait sentir.

 

2004

Le ministère des Affaires étrangères et européennes et la délégation générale à la langue française et aux langues de France du ministère de la Culture et de la Communication, avec l’appui de la direction de l’enseignement supérieur du ministère de l’Éducation nationale, décident d’introduire en France un dispositif d’évaluation de la qualité fiable et uniforme en s’inspirant des différents modèles utilisés par d’autres pays. Ils confient la mise en œuvre de ce dispositif de labellisation au Centre international d’études pédagogiques (CIEP). Une commission nationale composée de représentants de chaque ministère est chargée de valider l’ensemble de la procédure élaborée par un comité scientifique. Ce comité scientifique d’une quinzaine d'experts travaille sous la conduite de Claude Le Ninan, maître de conférences à l’université de Franche-Comté. Il rédige les processus de labellisation, les procédures et le référentiel qui servent de base à une grille d’auto-évaluation et d’audit. Les groupements professionnels, associés au dispositif de labellisation, ont siégé très tôt dans les commissions où a été présentée et discutée la rédaction des processus, des procédures et des outils (référentiels). L’alliance française a rejoint le processus plus tardivement au printemps 2007. Ces réunions ont permis la prise en compte de certaines des revendications des groupements, comme la durée d’attribution du label, les critères de recevabilité, le montant de la participation financière en fonction du chiffre d’affaires et la communication sur les différents critères entrant dans la démarche qualité.

 

2005

Les premiers travaux d’expertise sont remis le 15 février 2005 et présentés le 28 septembre à la Sorbonne, lors d’une réunion d’information sur la labellisation à laquelle de nombreux représentants des groupements professionnels et directeurs de centres assistent.

 

2006

Le 17 février, les trois autorités de tutelle signent une lettre de mission pour l’opérateur fixant le mode opératoire, les objectifs et le domaine de la labellisation. Le 12 avril se tient le premier conseil d'orientation. Y sont présentés et discutés les processus, les procédures et les outils de la labellisation, le calendrier de la mise en place de la labellisation, le budget prévisionnel, les modalités de recrutement des auditeurs. Le 26 avril, le processus de labellisation est officiellement lancé et les centres invités à y participer.

 

2007

Le 28 mars, la commission interministérielle de labellisation, après validation des rapports d’audit, délivre les quinze premiers labels Qualité français langue étrangère aux centres qui en ont fait la demande. Ils sont 22 à la fin de l’année, soit 9 centres labellisés sur 10 inscrits. Le 28 décembre, le décret portant création du label Qualité français langue étrangère est publié au Journal officiel de la République française.

 

2008

Le 4 avril et le 6 juin, l’Office national de garantie des séjours et stages linguistiques dépose au secrétariat du contentieux du Conseil d’État une requête sommaire et un mémoire complémentaire relatifs à la modification de la présentation du répertoire des centres de français langue étrangère décidé par la commission interministérielle de labellisation. Le 13 novembre, les nominations au conseil d’orientation relatif à l’attribution du label Qualité français langue étrangère paraissent au BO n° 43 du 13 novembre 2008. Le 5 décembre, un deuxième bilan d’étape fait état de 97 centres inscrits, 74 audités, 55 labellisés et 5 refusés. La première édition du Répertoire de centres de français langue étrangère en France comprenant les centres labellisés est publiée par CulturesFrance avec la collaboration du CIEP. Ce répertoire rassemble dans sa première partie les centres labellisés Qualité français langue étrangère et les centres inscrits à ce processus à la date du 31 juillet 2007. Dans sa seconde partie, il présente l’offre de cours de centres présents dans l’édition 2006-2007 du répertoire non inscrits à ce processus au 31 juillet 2007. 105 centres y sont recensés.

 

2009

Le bilan d’étape 2009 fait état de 89 centres inscrits, 81 centres audités, 80 centres labellisés et 9 centres qui se sont vus refuser le label. Le 9 juin, le Conseil d’État rejette la requête de l’Office national de garantie des séjours et stages linguistiques, considérant que le répertoire des centres de français langue étrangère, qui se borne à indiquer la liste des centres labellisés Qualité français langue étrangère, est dépourvu de tout effet juridique et ne présente pas le caractère d’un acte faisant grief. L’édition du Répertoire des centres de français langue étrangère est confiée au CIEP. Le répertoire rassemble les centres labellisés et les centres inscrits n’ayant pas encore été audités.

 

2010

Le 14 janvier, les nominations au conseil d’orientation relatif à l’attribution du label Qualité français langue étrangère paraissent au BO n° 2 du 14 janvier 2010. Le 26 octobre, le quatrième bilan d’étape fait état de 118 centres inscrits et 82 centres labellisés. Le répertoire des centres de français langue étrangère devient le répertoire des centres labellisés Qualité français langue étrangère. N’y figurent que les centres ayant obtenu le label d’État. Depuis sa création, le dispositif de labellisation est en constante évolution. Le processus d’amélioration s’appuie sur les recommandations du conseil d’orientation et prend en compte l’avis des professionnels. Le CIEP s’est associé un expert externe auprès du Conseil de l'Europe, Franck Heyworth, et une ergonome, Laurence Trebucq, représentante des auditeurs, tous deux membres du conseil d'orientation, pour apporter des solutions aux demandes des professionnels. Certaines d'entre elles ont été validées par la commission interministérielle du 12 octobre. Les comptes rendus du conseil d’orientation depuis 2006 sont disponibles dans l’espace réservé aux centres labellisés. Les relevés de conclusions de la commission interministérielle de labellisation sont consultables par tous depuis le 12 octobre 2010. Se reporter à la rubrique Téléchargement.

 

2011

Janvier : mise en ligne d’une nouvelle version du référentiel actualisée par le CIEP. Février : lancement du site pour les professionnels www.qualitefle.fr. Afin d’améliorer la communication sur le label auprès des acteurs du FLE en France et à l’international, un deuxième site est créé et leur est entièrement dédié. Avril : à la demande du président du conseil d’orientation, Xavier North, délégué général à la langue française et aux langues de France (ministère de la Culture et de la Communication), un groupe de travail permanent, réunissant des chargés de missions du CIEP et les représentants des groupements professionnels, est constitué. Il est alors décidé de créer deux sous-groupes se réunissant une fois par trimestre. Un sous-groupe se consacre à l’identification d’événements nationaux et internationaux permettant de renforcer la visibilité du label à l’international. Le second travaille à la remise à jour du référentiel du label. Le 29 novembre 2011, une convention cadre est signée entre le CIEP et l’agence Campus France. La mise en œuvre de ce partenariat vise à renforcer les missions de service public respectives des deux établissements.

 

2012

En mars, le groupe de travail permanent décide de créer un nouveau site pour le label. Ce site résultera de la fusion des deux sites déjà existants qui ne sont plus adaptés à la demande croissante des internautes et des professionnels. En juillet, un cahier des charges est finalisé. La création du site est confiée au CIEP. Nominations au conseil d’orientation du label : douze nouveaux membres sont nommés le 13 septembre. La liste de ces douze personnalités est publiée au BO n° 34 du 20 septembre 2012. Le 22 novembre, la commission interministérielle de labellisation valide la nouvelle version du référentiel. Cet outil résulte de la concertation menée au sein du groupe de travail permanent qui s’est réuni entre avril 2011 et octobre 2012.

 

2013

Janvier : la nouvelle version du référentiel est mise à disposition des centres et des auditeurs sur le site dédié aux professionnels www.qualitefle.fr. Sa mise en application est effective à partir du 15 mai. Le 15 avril, les outils se référant au nouveau référentiel sont en ligne. Le 18 juillet paraît le nouveau site du label "Apprendre le français en France". Ce site, traduit en cinq langues (français, anglais, allemand, espagnol, portugais), résulte de la fusion des deux sites déjà existants. Doté d’un moteur de recherche plus performant, les centres labellisés auront la possibilité de gérer eux-mêmes leurs informations pour la partie exclusivement en français. Le Répertoire des centres labellisés est remplacé par le Guide des centres labellisés. D’un format plus léger, bilingue anglais et français, cette nouvelle brochure est désormais imprimée à 41 000 exemplaires. 37 000 exemplaires sont distribués dans le réseau diplomatique et les exemplaires restants sur des salons en France et à l'étranger.

 

2014

Signature d’une convention entre la commission des titres d’ingénieurs (CTI) et le CIEP, le 28 janvier 2014. Cette convention fixe le cadre général de la coopération entre ces deux institutions, en particulier au niveau international. Ȧ ce titre, ce partenariat a pour objectifs de valoriser les formations en FLE dans les écoles d’ingénieurs et de promouvoir l’enseignement du français dans les formations d’ingénieurs accréditées par la CTI et admises par l’État français.

 

2015

Signature le 15 juin d'une convention entre la Conférence des grandes écoles (CGE) et le CIEP. Cette convention a pour objet de définir le cadre et les modalités de collaboration entre la CGE et le CIEP. La CGE s'engage notamment à diriger les étudiants qui recherchent un cours de mise à niveau en français vers des centres labellisés. Septembre : nouvelle nomination au sein du Conseil d'orientation du label suite au départ de la directrice. Novembre : intégration des centres labellisés à la plateforme "Études en France" (Campus France).

 

2016

Lancement en janvier de l'application Immersion France, développée par Campus France, avec la participation du CIEP. Cette application intègre la liste des centres labellisés. Elle permet de trouver en quelques clics la formation adaptée. Nouvelle version du référentiel : création de deux indicateurs A15 et A16 qui fixent les exigences en matière d'accueil de public mineur. Lancement du nouveau site du label, le 15 mai.