Se encuentra usted aquí

Nathalie Eloy

Quelles sont les singularités de l’AEFTI-EF 71 ?

 

L’AEFTI-EF 71 a été créé en 1978, suite aux vagues d’immigration des années 70. Ces 40 années d’existence en font un acteur de terrain incontournable sur le territoire du sud de la Saône-et-Loire, en relation permanente avec l’ensemble des autres acteurs associatifs et institutionnels. Ainsi, notre réseau, nous permet, depuis de nombreuses années, de pouvoir trouver sur le territoire les relais nécessaires à un accompagnement global des stagiaires. Logement, santé, association des droits de l’homme, association de violence faite aux femmes, avocats spécialisés en droit de l’immigration…, sont autant de partenaires que nous pouvons mobiliser si nécessaire. Mettre les personnes en situation d’apprentissage et de réussite, c’est aussi être à l’écoute de leurs inquiétudes, sécuriser leurs parcours et leur permettre de trouver des relais rapidement .

 

Pourriez-vous nous décrire plus spécifiquement les publics accueillis dans votre centre et votre offre de cours de FLE ?

 

Nous accueillons des stagiaires principalement en regroupement familial, des réfugiés (Syrie, Erythrée, Soudan), ou avec une reconnaissance de travailleurs handicapés en reconversion professionnelle, ayant alors besoin de réajuster leur niveau en français.

 

Plus spécifiquement, les cours FLE dans les quartiers de la politique de la ville, pour les grands débutants sont composés à 80 % de femmes, les cours de FLE en vue de l’obtention d’un Delf accueillent 60 % de femmes. Cela s’explique par le fait que la situation à l’emploi sur le secteur mâconnais étant très favorable, les hommes privilégient l’emploi à la formation.

 

Combien d’apprenants étrangers recevez-vous chaque année au sein de votre centre ? Combien d’entre eux suivent des cours de FLE ?

 

En 2019, nous avons reçu près de 600 personnes, pour 420 entrées en formation FLE .

 

L’AEFTI-EF 71 a été labellisée en juillet 2018 pour la première fois. Qu’est-ce que qui vous a motivé à entrer dans cette démarche ?

 

Nous souhaitions avoir un label qui reconnaisse spécifiquement le FLE. Par ailleurs, nous avons demandé l’obtention du label en période de restructuration de notre association, l’enjeu étant de démontrer que celle-ci n’aurait pas d’impact sur la qualité de la formation ni sur la qualité de l’accompagnement des stagiaires. En outre, cela nous a permis de repenser toute une organisation, et ainsi mieux redéfinir les missions de chacun.

 

Avez-vous rencontré des difficultés pour constituer votre dossier de candidature ? Si oui, lesquelles ?

 

Nous n’avons pas rencontré de difficultés particulières sur la constitution du dossier. Seul élément que nous n’avions pas anticipé, les éléments du dossier qui devaient être constatés sur place n’étaient clairement explicités dans notre dossier.

 

Quels sont les principaux bénéfices en interne de cette labellisation ?

 

Cela a permis de valoriser la qualité de travail du personnel. Ce label a été pour eux une véritable reconnaissance et a été très positive pour le moral des salariés. Les groupes de travail mis en place pour constituer le dossier ont permis aux formateurs d’échanger sur leurs pratiques d’une nouvelle façon, de retravailler sur les programmes de formation, et à la coordonnatrice d’investir davantage de temps dans l’ingénierie pédagogique. 

 

En quoi le label est-il un atout pour accompagner vos projets de développement ?

 

Cela nous a permis de gagner de nouveaux marchés et de faire valoir notre expertise en FLE. À titre d’exemple, nous avons organisé pour d’autres centres de formation des formations de formateurs afin de donner des outils à  des formateurs non formés au FLE, mais intervenant auprès de ce public.

 

Le conseil d’administration de France compétences du 19 décembre 2019 a reconnu 7 instances de labellisation dont la labellisation Qualité FLE. Ces instances pourront délivrer la marque de certification Qualiopi au titre de leur propre démarche qualité. Que pensez-vous de cette avancée ? Lors d’un prochain audit, souhaitez-vous obtenir Qualiopi ?

 

C’est une excellente initiative. Cela permet de passer les deux labels en même temps tout en gardant la spécificité du label FLE.

 

Quelles recommandations feriez-vous aux centres de formation qui souhaitent s’engager dans une démarche qualité et in fine, obtenir le label Qualité français langue étrangère ?

 

Il est impératif de montrer ce que l’on fait et uniquement ce que l’on fait. L’objectif n’est pas d’être parfait, mais de démontrer sa capacité à fournir un travail de qualité. Ce travail passe notamment  par de la traçabilité, un accueil de qualité des personnes, des programmes de formation en adéquation avec le niveau des stagiaires, une ingénierie pédagogique intelligible par tous, mais avant tout, cela doit refléter la réalité de son activité. L’objectif est de s’améliorer, et cela ne peut se faire qu’en étant honnête avec ses pratiques.

 

Nathalie ELOY

Directrice de l’AEFTI-EF 71